Project Description

RECYCLAGE DES PLASTIQUES ECOBAN

L’USINE DE RECYCLAGE DU PLASTIQUE ECOBAN

La deuxième usine de recyclage du plastique au Pérou est en activité

Nous l’avions déjà annoncé… mais voici qu’avec, certes, un peu de retard, la deuxième usine de recyclage de plastique au Pérou, a été mise en service. Elle n’est pas située dans la zone industrielle de la municipalité de Sullana (comme prévu initialement), mais sur le terrain de la coopérative APPBOSA. L’usine est gérée par une nouvelle société créée à cet effet : Grupo ECOBAN. Les actionnaires sont les organisations de producteurs APPBOSA, APOQ, AVACH, Río y Valle ; Clúster de Banano del Perú ; et Tulipán Naranja, la filiale d’AgroFair au Pérou.

La construction de l’usine a commencé en juin 2021, et le bâtiment a été achevé en octobre. En septembre, les machines pour les deux lignes de recyclage sont arrivées dans le port de Paita, depuis l’usine de Qingdao, Chine. Le personnel a été nommé au cours des mois de novembre et décembre, après un processus de sélection parmi des dizaines de candidats. Après une série essais et des mises au point en décembre et janvier, le processus de recyclage était maîtrisé. Depuis, 500 à 800 planches d’angle peuvent quotiediennement être fabriquées. Les premiers conteneurs contenant des planches d’angle pour palettes provenant d’ECOBAN ont déjà été expédiés.

RECYCLAGE DES PLASTIQUES

PLANCHES D’ANGLE (POUR PALETTES)

AgroFair-Recycling-plastic-Corner-Boards
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-06
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-05
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-04
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-11
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-10
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-12

Video de sacs pour les bouquets de bananes à planches d’angle (pour palettes)

DÉCHETS PLASTIQUES

POLLUTION GLOBALE DES ÉCOSYSTÈMES TERRESTRES ET DES MERS

AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-07

La pollution globale des écosystèmes terrestres et des mers due au plastique (particulièrement nocif pour l’environnement et la santé humaine), est en passe de devenir un immense problème. Nous connaissons tous les images de plages envahies par des déchets, de sacs en plastique flottant dans la mer ou abandonnés le long des routes, et d’animaux morts avec du plastique dans l’estomac. Les plastiques utilisés dans l’agriculture y participent. En décembre dernier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a publié un rapport critique faisdant le point sur l’utilisation des plastiques dans l’agriculture, intitulé: « Assessment of Agricultural Plastics and their Sustainability. (https://doi.org/10.4060/cb7856en). Le cycle de vie non durable des plastiques utilisés dans le secteur de la banane est un élément important de la problématique. De plus en plus d’appels sont lancés en faveur d’une convention internationale contraignante sur l’utilisation et la gestion durable des plastiques.

… And then came the Corona virus, which struck particularly hard in Peru. Apart from all the other miserable effects, the epidemic has delayed the implementation of the plastic recycling project for months. In July conditions were in place to pick up where we left off. We now hope that the first recycled corner boards from Peru will roll off the assembly lines in the spring of 2021. Once the factory is running at full capacity there will be enough capacity to recycle not only the plastic from our own producers, but from the whole banana sector in Peru. Running two shifts, 960.000 corner boards per year can then be produced, enough for 12.000 containers of bananas – which is the current export volume. Quick math: the amount of used plastic per hectare is about enough to make the number of corner boards needed to export the bananas from that same hectare. It pleases us immensely to say that this makes a piece of circular economy a reality.

1 MILLIARD DE SACS EN PLASTIQUE POUR LES BOUQUETS DE BANANES

Au niveau mondial, on estime que 500 000 hectares de bananes sont cultivés pour l’exportation, ce qui équivaut annuellement à 1 milliard de sacs en plastique accrochés autour des bouquets de bananes (environ 20 000 tonnes). En moyenne, chaque sac mesure 150 cm de long. Si on les met en rang, cela fait 1,5 million de km; presque 40 fois le tour de la planète, ou presque deux fois l’aller-retour vers la lune … chaque année.

AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-08

RECYCLER TOUT LE PLASTIQUE DES BANANES DU PÉROU

NE RIEN FAIRE N’EST PAS UNE OPTION

Les efforts d’ECOBAN, même s’il parvient à réaliser son ambition de recycler tout le plastique des bananes du Pérou (environ 400 tonnes), ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan. Deux autres usines de recyclage devraient commencer à fonctionner cette année en République dominicaine. Au Costa Rica, la grande usine de recyclage RECYPLAST élimine le plastique de banane depuis des années. Au Nicaragua et en Équateur, il existe des initiatives plus modestes, mais il manque une vue d’ensemble sur ce qui se passe avec le plastique provenant de la culture de banane.

Like greedy cooks in the kitchen, we are now scouring around for more recyclable ingredients! We will be looking into other plastics, like plastic bottles, for raw material. If that works, the municipality of Sullana could initiate waste separation and the resulting corner boards could be sold on to other export sectors in northern Peru. There is definitely a market for this product: approximately 200 companies are active in the production and export of delicate products such as mango, grapes, avocado, blueberries, limes and sweet potato.

We see a lot of opportunity here for other products as well: recycled plastic can be put to excellent use in planks, poles for fences and other building materials.

ECOBAN A LE POTENTIEL POUR ÊTRE RENTABLE, INSTALLER PLUS DE LIGNES DE RECYCLAGE, AINSI QUE PRODUIRE ET VENDRE DAVANTAGE DE PLANCHES D’ANGLE

RECYCLAGE DES PLASTIQUES

Cette expérience montre également que les initiatives de recyclage du plastique provenant de la culture de la banane ne doivent pas être réservées aux grandes entreprises, mais qu’avec un soutien extérieur initial et une coopération mutuelle, les organisations de producteurs de petite envergure peuvent également les mettre en place.

à l’avenir, nous espérons pouvoir faire le point sur les usines de recyclage en République dominicaine et sur d’autres activités.

Pour plus d’information, contactez luud.clercx@agrofair.nl.

AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-09
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-03
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-02
AgroFair-Banana-Plastic-recycling-factory-Ecoban-01